Time Elastic-Laish-TALITRES

Time Elastic

Laish

Label : TALITRES Sortie : 13/04/2018 Styles : Indie, Pop
1 01 Sand is Shifting 4:08
2 02 Love is Growing 4:01
3 03 Listening for God 3:56
« Pendulum Swing » (Talitres, novembre 2016), troisième album du musicien anglais Danny Green (aka Laish), dévoilait les mélodies grâcieuses et malicieuses d’un artiste en devenir. Fin alchimiste, le londonien multi-instrumentiste délivrait douze titres où les harmonies et les arrangements rivalisaient de douceur, d’ingéniosité et d’un humour très british. « Time Elastic », enregistré à Brighton avec Tim Bidwell (Peggy Sue, Fink, Jennifer Left…) marque une nouvelle étape, et un grand pas en avant, dans la prometteuse carrière du songwriter. Album le plus direct, Danny Green nous captive ici par sa capacité à retranscrire les émotions, à accompagner de sa palette vocale ces chansons folk magistrales. ‘Je souhaitais explorer la relation entre le temps et la mémoire’ explique Danny Green. ‘Comment certains événements, douloureux ou extatiques, peuvent rester ancrer en nous ; comment la vie peut apparaitre, comme une succession de scènes, parfois répétitives. Apprenons-nous de nos erreurs ? A la manière de dix épisodes d’une petite série dramatique, mon intention était de surprendre l’auditeur, de le tenir en haleine. J’avais la volonté de dénuder les compositions, mais au fil du processus d’écriture et des sessions d’enregistrement, l’ajout de chœurs, de cuivres, de cordes, s’est installé comme une évidence.’ Reconnu à juste valeur pour ses concerts à l’énergie communicative, Laish a joué dans maintes salles londoniennes (Union Chapel, St Pancras Old Church, Barbican), réalisé diverses tournées au Royaume-Uni et en Europe et bénéficié, parmi d’autres, des soutiens de Steve Lamacq, Tom Robinson et Chris Hawkins sur la BBC 6. “Danny Green finit par composer un bouquet de fleurs musicales. Qu'il y soit question d'amours déçues ou « au conditionnel », de beautés fatales, de démon du jeu ou, pour finir, d'isolement, elles ne sont pas près de sécher.” F. Gorin, Télérama ffff