Flotation Toy Warning

TALITRES
Flotation Toy Warning Défiant toute stratégie commerciale, Flotation Toy Warning égraine les titres comme on voit passer les comètes. Plus de 6 ans après un premier album « Bluffer’s Guide To The Flight Deck » sublime d’étrangeté et largement salué par la critique, les londoniens rêveurs sont revenus en 2011 avec un 45 tours, soit le premier d’une série annonciatrice d’un second long format « The Machine That Made Us » à paraître dans les mois prochains. Enregistrés en 2009 puis 2010 au Pays de Galles, ‘when the boat comes inside your house / a season underground’ soit deux perles mélodiques, célestes et hypnotiques pour se laisser bercer par la brume de nos doux anglais fantasques. Quintet londonien, Flotation Toy Warning se forme en 2001. Le groupe trouve refuge dans une usine désaffectée à Dalston au Nord-Est de la capitale britannique, lieu de résidence, d’enregistrement, d’exploration et d’expérimentation. Après deux EPs parus sur le label anglais Pointy Records, la presse est dithyrambique : « un disque fantastique » (NME), « céleste et hypnotique…une mémorable entrée en matière » (Dot Music), « l’un des groupes les plus impressionnants depuis les Tindersticks » (Les Inrockuptibles). Longtemps attendu, souvent annoncé, plusieurs fois retardé, de longs mois furent nécessaires à la belle éclosion de leur premier album « Bluffer’s Guide To The Flight Deck » enregistré avec la bienveillance (et la patience) des producteurs Brian O’Shaughnessy (Moose, Denim, Beth Orton,…) et Steve Swindon. Formation atypique s’il en est, Flotation Toy Warning délivre une musique majestueuse et décalée, samples flottants, voix renversante, orchestration ou se mêlent et se fondent scie musicale, claviers, guitares et samples.
The Machine That Made Us-Flotation Toy Warning

The Machine That Made Us

16/06/2017 Pop, Dream, Baroque

Défiant toute stratégie commerciale, Flotation Toy Warning égraine les albums comme on voit passer les comètes. Treize années entre les mouettes rieuses et graciles, un premier album sublime d’étrangeté (‘Bluffer’s Guide To The Flight Deck’, 2004), et ce divin mammouth hors d’âge ‘The Machine That Made Us’. Treize années pendant lesquelles l’univers onirique de cette atypique formation anglaise ne nous a jamais quitté. Car celui-ci perpétue l’idée première que l’on a de notre travail, de notre devoir : porter au plus loin la musique qui nous emporte et nous fait chavirer. Faut-il considérer cette résurgence comme miraculeuse ? Humaine et collective, elle est à nos yeux bien plus que cela. Quintette à londonien à son origine, Flotation Toy Warning se forme en 2001. Pendant de nombreux mois les musiciens s’isolent dans une usine désaffectée à Daltson (Nord-Est de la capitale britannique), lieu d’exploration, de trouvailles et d’enregistrement, pour finalement délivrer un premier opus remarquable et remarqué : céleste et hypnotique, majestueux et décalé. Une entrée en matière mémorable. La porte d’entrée vers le succès ? Mais ces artistes ne font décidément rien comme les autres : des départs, des doutes, des obligations professionnelles et familiales, des remises en question. Le sentiment aussi d’avoir déjà beaucoup donné. Trop peut-être ? Que dire alors de ce nouvel opus ? Tant attendu. Maintes fois annoncé, maintes fois repoussé. Une œuvre malicieuse et envoûtante, pensée, écrite, triturée, retravaillée, entre Londres et le Pays de Galles, où réside désormais une partie du groupe. La musique de Flotation Toy Warning est un univers de boucles et méandres imaginaires. Et la promesse d’un voyage. « On a retrouvé le plaisir de composer » confiait Paul Carter au média Sourdoreille fin 2016. Nul besoin d’ajouter ici que ce plaisir est diablement communicatif, et que ces nouvelles compositions nous accompagneront longtemps. FLOTATION TOY WARNING "The Machine That Made Us" - 1. Controlling the Sea - 2. Due to Adverse Weather Conditions All of My Heroes Have Surrendered - 3. Everything That is Difficult Will Come to an End - 4. A Season Underground - 5. I Quite Like It When He Sings - 6. King of Foxgloves - 7. When the Boat Comes Inside Your House - 8. Driving Under the Influence of Loneliness - 9. To Live for Longer Slides - 10. The Moongoose Analogue. Revue de presse précédente (‘Bluffer’s Guide To The Flight Deck’, 2004) ‘Superbe collection de chansons dans la veine de Mercury Rev et des Flaming Lips, soit le courant cinématographique du rock américain. Ces mélodistes-là sont anglais’. Télérama ffff ‘Flotation Toy Warning, bouée délirante’ Libération ‘Les Anglais, fins chimistes, plongent la pop aux temps élastiques dans une brume envoûtante, cuivrée et poétique, lui font prendre tout détour imaginable et flottent, libres, entre souvenir et présent, fantasme et réalisme.’ Les Inrockuptibles ‘…à la manière d’un navire qui tanguerait en pleine tempête, Flotation Toy Warning sait garder le cap tout en se laissant bousculer par sa propre folie orchestrale.’ Magic ‘Une longue croisière hallucinée à la belle étoile.’ La Blogothèque

1 Controlling The Sea 3:27
2 Due To Adverse Weather Conditions, All Of My Heroes Have Surrendered 6:38
3 Everything That Is Difficult Will Come To An End 7:50
Bluffer's Guide to the Flight Deck-Flotation Toy Warning

Bluffer's Guide to the Flight Deck

01/06/2004 Pop, Folk, Indie Rock

Est-il besoin de préciser que ce divin album datant de 2004 est le seul et unique long format de ces anglais rêveurs ? Dix ans plus tard, ses charmes nous hantent encore, ses mélodies oniriques nous bercent sous la lune ronde. Un nouvel épisode dévoilera ses délices tôt ou tard. La course de la terre autour du soleil ne nous permet pas aujourd’hui de vous en dire davantage. Merci pour votre fidélité (& patience).

1 Happy 13 4:52
2 Popstar Researching Oblivion 6:14
3 Losing Carolina; For Drusky 7:57
4 Made from Tiny Boxes 1:30
5 Donald Pleasance 9:28
6 Fire Engine on Fire, Pt. 1 6:51
7 Fire Engine on Fire, Pt. 2 6:56
8 Even Fantastica 7:29
9 Happiness Is on the Outside 3:28
10 How the Plains Left Me Flat 15:40